Sauvegarde du Patrimoine Hospitalier

2012 12 - tableau hopital

Dans la chapelle du XVIIème siècle de son site hospitalier d’Alise-Sainte-Reine, le Centre Hospitalier Auxois-Morvan, établissement public de santé, possède une série de 13 tableaux intitulés « le cycle de la vie de Sainte Reine ». 

Les murs de la chapelle sont ornés de ces treize tableaux qui retracent la vie, le martyre et la mort de Sainte Reine, jeune fille convertie au christianisme qui refusa de renoncer à sa foi malgré la torture (238 – 252 après Jésus-Christ). 

L’iconographie suit de près l’édition française de la Fleur des Vies des Saints par maître André Duval en 1608. Ces tableaux proviennent de la confrérie de Saint-Eustache, où leur fonction était celle de cartons de tapisseries.

Les tapisseries, de haute lisse, ont été livrées à Saint-Eustache entre 1625 et 1645, elles ont été réalisées par Pierre Dubout, puis à partir de 1636, par son fils Maurice, propriétaire d’un des ateliers parisiens de tapisserie les plus importants avant la création des Gobelins. 

Les dimensions des tapisseries varient entre 4, 6 ou 8 aunes (1.18 mètres de côte pour un aune), ce qui explique les tailles diverses des cartons. Ces tapisseries ont disparu. 

Un inventaire de 1685 signale, pour la première fois, la présence des tableaux à Alise-Sainte-Reine et précise leur état : « tous gâtés, plusieurs rompus et effacés, on les a tous fait retoucher par Monsieur Maire, peintre de Bussy ».

Une deuxième intervention est attestée par une mention sur le tableau n° 6 « est rétablis en 1817 par Madame la Sœur Marie Demolier supérieure ». 

L’ensemble est de styles et factures divers, représentatif par là-même de la peinture parisienne du début du XVIIème siècle, mêlant encore maniérisme de la seconde école de Fontainebleau, réalisme sous influence nordique et début du classicisme français. 

Les tableaux semblent avoir été laissés depuis dans un relatif abandon. La couche picturale très usée laisse apparaître la préparation rouge. L’ensemble est très repeint et couvert d’un vernis jaunis. Plusieurs toiles sont trouées et déchirées. Leur encadrement est sommaire : baguettes clouées directement sur le châssis avec partie repliés, sans doute en 1817. Ces usures importantes peuvent résulter de la fonction même des œuvres, celles de carton de tapisseries. 

Par arrêtés des 20 août 1976 et 04 février 1999, l'Etat a classé la chapelle, les tableaux et nombre d'autres objets de l'Hôpital parmi les Monuments Historiques. Leur liste est consultable sur le site Internet du Ministère de la Culture. 

La rénovation des tableaux a commencé fin 2002 par la dépose des tableaux n° 11, 12 et 13, d'une part, et le rentoilage des tableaux n°11 et 12, d'autre part. Ces trois pièces sont montées sur un châssis unique, ce qui induit leur dépose et remontage en même temps. 

Après une interruption entre 2007 et 2010, le projet de rénovation de ces tableaux a repris.

 En partenariat avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bourgogne, l’Agence Régionale de Santé de Bourgogne et Madame Françoise AUGER-FEIGE, restauratrice d’art à Semur-en-Auxois, le Centre Hospitalier a publié une consultation en juillet 2010.

Les restaurateurs d’art, Madame Marie-Paule BARRAT et Monsieur Michel HUET, ont été retenus et le montant du marché a été arrêté à 203.092,76 euros. 

Soucieuse que cette opération atypique n’impacte pas le budget d’investissement de l’hôpital qui est destiné à améliorer la prise en charge et le confort des patients, la Direction de l'Hôpital a constitué, avec le soutien de Monsieur Laurent MAILLARD, Maire d'Alise-Sainte-Reine, des demandes de concours financiers publics et privés (ex : subventions, dons, mécénat) pour financer les travaux sur le patrimoine historique. 

Des aides financières conséquentes ont déjà été accordées.

La 1ère des 4 tranches de l’opération « restauration des tableaux du cycle de vie de Sainte Reine » porte sur les tableaux n°11, 12 et 13.

 Les 3 autres tranches (d’une durée chacune d’un an) concerneront les tableaux :

  • n°1 « sa naissance », n°2 « son baptême et son éducation » et n°3 « sa charité et sa fuite » ;
  • n°4 « sa prison et sa condamnation », n°5 « sa flagellation sanglante » et n°6 « sa fermeté et ses souffrances » ;
  • n° 7 « suite de son martyre », n° 8 « sa mort et ses miracles », n° 9 et 10 « sa sépulture et la dévotion à cette grande sainte ».

 Le 07 novembre 2012, près d’un an après son départ d’Alise-Sainte-Reine, le tableau n°12 « leur translation à Flavigny » est revenu restauré.

Dans l’attente d’un entretien du mur, le tableau est installé sur un chevalet double face fabriqué par le menuiser de l’hôpital, selon un croquis du restaurateur d’art.

 Les tableaux n° 11 « l'invention de ses reliques » et n° 13 « solemnité de cette translation » sont attendus fin décembre 2012 / début janvier 2013. Dans le même temps, les tableaux inscrits dans la 2ème tranche du marché partiront en restauration.